LPR / Fugue en guerre civile

Il ne s’agit que d’un roman. Certes. Mais alors, mis à part le plaisir de la lecture, que ne procurent que rarement les livres politiques ou théoriques, à quoi peut bien servir un tel ouvrage pour un « révolutionnaire », un militant anarchiste ou un prolétaire qui cherche à comprendre le monde pour mieux participer à sa destruction ? À rien si l’on en croit les plus austères, à perdre un temps précieux pour les tièdes qui ne feuillettent que ces romans engagés (de gauche) fort « utiles » mais avec lesquels on ne risque pas trop de sortir des clous… activité pourtant fort appréciable. La littérature offre justement ce genre de possibilités, celle du pas de côté qui dévoile un angle de vue inédit, celle de l’irruption de questions incongrues, obscènes ou dérangeantes que la théorie critique ne peut croiser (et auxquelles, éventuellement, l’auteur n’aurait pas pensées). Davantage de questions que de réponses, voilà qui est stimulant, et voilà ce que nous offre Vivonne en surplus d’un récit fort bien ficelé et attirant. LIRE LA SUITE.

This entry was posted in Armée / Défense / Guerre, Communisme/communisation, Extrême droite, Religion, Science-Fiction. Bookmark the permalink.